Nouveau sur le site? Lisez notre

GUIDE POUR DÉBUTER
Nootropique-pas-effet-sans-effet-pourquoi

Nootropiques: 6 raisons pour lesquelles ils n’ont pas d’effet sur vous

S’il vous arrive de vous promener sur certains forums où les utilisateurs témoignent de leurs expériences avec les nootropiques, vous avez sans doute pu observer que certains disent n’en ressentir que partiellement les effets escomptés, voire pas du tout. Pire, il peut arriver que vous ne soyez vous-même pas réceptif au nootropique que vous avez essayé! Alors comment expliquer cela, et comment y remédier?

Les nootropiques sont tous différents

Il existe de nombreuses molécules possédant des propriétés nootropiques, qu’elles soient naturellement présentes dans l’alimentation (la caféine dans le café ou les oméga-3 dans le poisson), dans certaines plantes utilisées en phytothérapie (les withanolides dans l’Ashwaghanda), ou synthétisées en laboratoire (notamment les racétam).

Pourtant, les nootropiques sont tous différents. En effet, vous vous êtes peut-être aperçu en lisant nos articles qu’il arrive que, si deux nootropiques sont tous deux supposés améliorer la mémoire, cette amélioration se fasse à travers deux mécanismes sensiblement différents! Et bien que ça ne soit pas valable tout le temps, cette observation est valable pour de nombreux composés à effet nootrope. Mais ce n’est pas tout…

Alors pourquoi je n’en ressens pas l’effet?

Il peut y avoir une multitude de raisons pour lesquelles vous ne ressentez pas les bienfaits d’un ou plusieurs nootropes.

Achetez vos nootropiques à une source sérieuse

Premièrement, vous devez absolument vous assurer d’acheter vos nootropiques à une source fiable. Cela vous assure d’obtenir le bon produit (ce serait bête d’acheter du Noopept et de recevoir du sucre glace à la place non?), et qu’il ne renferme pas d’impuretés. En effet, si vous avalez du sucre alors que vous vouliez prendre du Noopept, c’est normal de ne rien ressentir.

Il est important d’acheter ses nootropiques à un vendeur réputé qui fait attention à la qualité de ses produits.

Cela signifie que tous les lots de nootropiques qu’il vend sont analysés par un tiers parti (il ne s’agit ni de lui-même, ni de son fournisseur, mais d’un laboratoire indépendant qui n’a pas d’intérêt financier dans la vente), pour s’assurer de l’identité du produit qu’il vend, et qu’il ne contient pas d’impuretés. Les impuretés peuvent être des métaux lourds (surtout pour les plantes), tout comme des contaminations de moisissures, bactéries et autres organismes. Il pourrait même s’agir d’un produit totalement différent de celui que vous souhaitiez acheter !

Alors avant de choisir un vendeur, assurez-vous que celui-ci propose au minimum des certificats d’analyse (ou CoA pour Certificate of Analysis), disponibles directement publiquement sur leur site, ou à la demande en leur envoyant un mail. Voici la liste des vendeurs de nootropiques que nous recommandons pour leurs bonnes pratiques en la matière.

Vérifiez le dosage que vous utilisez

Deuxièmement, il vous faut penser au dosage de la molécule que vous utilisez. Si nous vous indiquons toujours une fourchette de dosage recommandé et non un nombre précis, c’est qu’elle correspond au dosage le plus bas pour lequel le composé possède des effets notables, jusqu’au dosage le plus haut pour lequel elle est efficace, avant d’observer une baisse de ses effets, voire même l’apparition d’effets secondaires. C’est pourquoi nous ne recommandons pas de dépasser les dosages indiqués. A moins que vous ne souhaitiez passer votre après-midi aux toilettes !

On décrit la relation entre la quantité du nootrope et la puissance de l’effet recherché par une courbe.

Dans le cas de certaines molécules, cette courbe a la forme d’une cloche : la puissance du nootropique augmente rapidement en augmentant le dosage, avant d’atteindre un plateau en augmentant encore celui-ci, puis de redescendre en flèche si vous l’augmentez encore plus!

Par ailleurs, cela explique que dans la communauté des utilisateurs de nootropiques, on a pour habitude de dire “less is more” (moins de dosage, c’est plus d’effets) en parlant du dosage.

Si vous consommez vos nootropiques sous forme de poudre, il va vous falloir acquérir une balance électronique pour bien les mesurer, car les dosettes fournies par certains vendeurs sont très imprécises et mesurent en réalité plutôt un volume qu’un poids ! Or, ce volume peut varier en fonction de la densité de la poudre, elle-même variable selon les méthodes de production ou tout simplement si votre poudre est tassée. La balance électronique est donc indispensable.

Nous réagissons tous différemment à chaque nootropique

Troisièmement, tous les nootropiques agissent à travers des mécanismes différents. Cela implique qu’un même effet puisse être produit par plusieurs mécanismes différents. Il est donc possible que vous ne soyez pas réceptif au mécanisme qui cause l’effet du nootrope. Parce que nous ne sommes pas tous identiques, l’absence d’effets peut trouver son origine dans votre génétique.

En effet, de la même façon qu’une telle personne est brune, et l’autre blonde, certains individus possèdent un plus petit nombre de récepteurs à un substrat donné (une molécule). D’autres, à l’inverse, ont un plus grand nombre de récepteurs, en raison de la variabilité des gènes d’un individu à un autre. Ce phénomène peut être plus ou moins marqué selon le type de récepteurs dont il s’agit, et selon l’efficacité de la voie métabolique empruntée (la façon dont le nootrope est transformé dans le corps) qui est elle aussi extrêmement variable d’un individu à l’autre. De la même manière, le mode d’administration des nootropes peut faire varier l’efficacité du nootropique. Pour certains, prendre un nootropique par voie sublinguale (sous la langue) fonctionnera mieux qu’en l’avalant, ou inversement. Même principe pour les autres voies d’absorption.

Vous avez développé une tolérance

Quatrièmement, les récepteurs auxquels se fixent la molécule que vous utilisez peuvent être saturés. Cela signifie qu’une tolérance s’est installée, ce qui est très souvent observé, par exemple, chez les utilisateurs de café, auxquels ce nootrope ne procure plus beaucoup d’effets positifs, mais surtout des effets négatifs : nervosité, irritabilité, anxiété, fatigue… C’est d’ailleurs la raison pour laquelle on recommande de ne pas utiliser les mêmes nootropiques tous les jours et de faire une pause régulièrement dans l’utilisation de tout nootrope.

Il faut donc cycler sa consommation des divers nootropes afin d’éviter cette tolérance et de continuer à bénéficier de leurs effets.

En règle générale, le temps de pause admis est de 1 semaine après 30 jours d’utilisation continue. On peut également faire de courtes pauses quotidiennes ou plus régulières, par exemple prendre des nootropiques la semaine et ne pas en prendre le week-end (5 jours d’utilisation et 2 jours de pause).

Vous n’avez pas consommé le(s) nootropique(s) pendant suffisamment de temps

Cinquièmement, les nootropiques mettent le plus souvent plusieurs jours, voire plusieurs semaines avant de faire effet sur le corps. Si vous arrêtez de consommer le nootropique après seulement quelques jours, vous ne lui laissez pas suffisamment de temps pour produire l’effet escompté. La supplémentation en nootropes est une démarche qui s’inscrit dans le moyen à long terme pour en rafler tous les bénéfices.

Il y a également des effets, comme ceux sur la mémoire, qui sont trop subtils pour être mesurés objectivement par votre propre personne. Ce n’est pas un effet “qui se voit” ! Alors, ne vous attendez pas à voir la différence du jour au lendemain, et sur des critères qu’on ne peut pas mesurer par soi-même. À la place, vous pouvez utiliser des tests cognitifs avant, pendant et après votre prise de nootropiques pour avoir une mesure plus objective des bienfaits que vous tirez des nootropes. Nous vous recommandons Cambridge Brain Sciences pour cela.

Vous n’avez pas trouvé le nootropique qui vous correspond

Sixième et dernièrement, peut-être que vous n’avez tout simplement pas trouvé le nootropique qui marche pour vous. Comme nous l’avons vu, nous n’avons pas tous le même nombre de récepteurs à différentes molécules, ce qui fait que certains fonctionneront pour une personne donnée, mais pas pour d’autres. C’est souvent le cas pour les racétam, pour lesquels il existe une grande variété et vous devrez certainement expérimenter un petit peu avec les uns et les autres avant de trouver celui ou ceux qui vous conviennent le mieux ! Faites un petit tour sur notre liste des meilleurs nootropiques pour la concentration, et vous trouverez sûrement votre bonheur.

Toutes les raisons énumérées ci-dessus participent au fait qu’on observe un spectre très large de témoignages différents les uns des autres pour un seul et même nootropique.

Pourtant, j’ai essayé plusieurs nootropiques, mais ça ne marche toujours pas?

Il faut garder à l’esprit que la clé pour avoir un cerveau fonctionnel et intelligent est d’abord l’alimentation. Sans entrer dans le détail, si vous ne nourrissez pas votre corps d’une alimentation saine (sans pour autant être irréprochable), il ne faut pas vous attendre à des miracles en vous supplémentant avec des nootropiques. Ce serait mettre la charue avant les boeufs ! “Que ton alimentation soit ta première médecine” disait Hippocrate.

Autre point clé: l’exercice physique est important pour garder un cerveau en bonne santé, car il régule bon nombre de récepteurs à la hausse. Cela diminue l’anxiété, améliore le bien-être, l’humeur, l’énergie physique et mentale, la productivité, et la volonté. En fait, c’est l’un des meilleurs remèdes pour un peu tout, alors si vous êtes sportif, c’est le jackpot !

Dernière clé pour optimiser l’efficacité des nootropes naturellement: dormir. Suffisamment dormir, oui, mais il faut surtout avoir un sommeil de qualité. Vous ne pouvez pas être en pleine forme si vos batteries ne sont pas pleines. Essayez de dormir entre 6 et 8h par nuit, à heure régulière, et en supprimant les lumières artificielles le plus tôt possible (lampe de chevet, écran d’ordinateur, de portable, etc). On vous invite aussi à consulter la liste des nootropique pour mieux dormir afin d’optimiser tout ça !

Sinon, peut-être vous attendiez-vous à devenir un superhomme comme Bradley Cooper dans Limitless! Non, il ne faut pas s’attendre à devenir une super machine capable de réaliser des calculs à une vitesse incroyable, comme Deep Blue, le super-ordinateur spécialisé dans le jeu d’échecs (qui a même battu le champion du monde Garry Kasparov en 1997 !).

L’utilisation des nootropiques révèle des changements plus ou moins subtils selon les utilisateurs, mais qui restent à échelle humaine.

Comment puis-je obtenir plus d’effets?

Vouloir consommer trop de nootropiques différents pour multiplier les effets, s’il s’agit de produits que vous n’avez pas testé individuellement auparavant, est une idée reçue. Elle s’avère fausse. Si vous découvrez tout juste l’univers des nootropiques, il est possible que vous ayez commencé à utiliser trop de nootropiques en même temps, vous empêchant alors de savoir lesquels ont réellement un effet sur vous, et lesquels n’en ont pas.

Il est important de le savoir, puisque comme nous l’avons vu précédemment, il est possible que certains ne fonctionnent pas sur vous. Cependant, mélanger des produits auxquels vous savez être réceptif peut être une bonne idée. Vous devez vérifier qu’ils ont des effets synergiques, ou au moins, qu’ils ne s’annulent pas.

Pour obtenir plus d’effets des composés nootropes, il peut suffire de moduler le dosage. Les effets peuvent être décuplés en le revoyant à la baisse, ou à la hausse, si, après vérification, vous vous apercevez que vous n’en utilisiez pas une quantité suffisante. Comme vu précédemment, dans le monde des nootropiques, “moins” est souvent “plus” et “plus” est souvent “moins”.

Vérifiez aussi que vous les prenez bien avec un repas lorsque cela est recommandé car, parfois, les nootropes ne peuvent être absorbés que s’ils sont consommés avec d’autres nutriments. À l’inverse, certains sont mieux absorbés le ventre vide. Vérifiez alors que vous les prenez bien à jeun.

Si malgré tous nos conseils, un nootropique ne fonctionne toujours pas sur vous, c’est que vous n’êtes simplement pas réceptif à celui-là. Pour avoir les mêmes effets, vous pouvez en essayer d’autres qui vous conviendront probablement mieux. Mais surtout, ne vous précipitez pas et essayez les nootropiques un par un d’abord si vous êtes nouveau dans le milieu, et toujours après avoir demandé avis à votre médecin.

Enfin, si vous ne tirez pas du tout de bénéfices des nootropiques, alors c’est sûrement que votre cerveau fonctionne déjà à fond! (et alors on vous dit bravo parce que c’est vraiment pas facile! ;))

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *